El Hadji Ibrahima Sall fait l’état des lieux...


Le leader du Parti demain la République (Pdr) était, ce matin, l’invité de "Grand Jury" sur la Rfm. Face à Antoine Diouf, il a martelé à quel point il abhorre le fatalisme ambiant qui fait la pluie et le sale temps sous nos tropiques. "Les inondations qui ont causé des morts ces deux dernières semaines au Sénégal vont se reproduire malheureusement du fait d’une absence de politique de protection civile suffisamment conséquente. Au Sénégal, nous avons un problème de discipline et de décision. Il ne faut pas attendre la saison des pluies pour creuser des canalisations. Nous avons besoin d’une véritable organisation", tranche, sur le vif, le président de l’Université polytechnique de l’ouest africain (Upoa). Par rapport aux récurrentes pénuries d’eau, sa conviction est faite qu’elles découlent "d’un déficit structurel qui avait été résolu en 1996 avec la séparation de la gestion de l’eau entre deux structures différentes". À l’en croire, "toutes ces difficultés procèdent d’un défaut de planification et/ou d’exécution des décisions". Interpellé sur les efforts de l’État concernant la production d’énergie, avec notamment la mise en place de centrales solaires, il saluera l’initiative, non sans rappeler que "dès 1998, on savait qu’il fallait réformer le secteur de l’électricité"

"Il faut une autopsie"

Invité à se prononcer sur la décision des partis et coalitions qui devra permettre aux votants lors des législatives de ne prendre que 5 des 47 listes en compétition, El Ibrahima Sall apprécie mais minimise. Pour lui, il ne s’agit que d’une "micro-décision" qui ne nécessite pas, à dire vrai, une saisine des instances de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) dont un protocole additionnel interdit formellement à ses pays membres de toucher, à 6 mois d’un scrutin, la loi électorale sauf… consensus. L’économiste et philosophe de son état d’ajouter : "Il vaut mieux des décisions consensuelles et non pas seulement majoritaires. Le dialogue politique doit être permanent. Il n’y a pas eu assez de dialogue. Avec autant de listes, le taux de participation allait être particulièrement faible. Il faut une autopsie. Il y a trop de listes pour des élections législatives. Il y a trop de partis. Cette profusion de partis procède en des deals entre politiciens qui se réservent des privilèges (sacs de riz, passeports diplomatiques, dotation en carburant...). Ce pays ne cessera pas de sitôt d’être pris en otage par les hommes politiques". Les uns et les autres apprécieront.

Seneweb


Assemblée générale de l’ONU : Le Ministre Sidiki Kaba déroule à merveille son programme, entre participations à des panels et réunions de haut niveau…

Au deuxième jour de sa participation à la 73ème session de l’Assemblée Générale des Nations-Unies,...



Décès de Bruno Diatta : Témoignage de Me Sidiki Kaba, Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur depuis New York.

Je prends ma plume depuis New York où je vais livrer à l’Assemblée Générale des Nations Unies le...


Écrire sur la nouvelle approche diplomatique du SÉNÉGAL... Analyser l’action du ministre Kaba...

Dans le nouveau style de la diplomatie... Je m’y emploie car depuis peu le SENEGAL-porteur...


Nécrologie : Deo Cisse a perdu sa mère

Maman, Nah Aissatou Diarra Cisse, mère de Madame Deo Cisse, responsable politique de l’Apr à...


PRESIDENTIELLE 2019 : Macky Sall nomme le ministre Sidiki Kaba délégué régional de Tambacounda

En marge de la campagne pour le parrainage en vue de l’élection présidentielle de 2019, le...



Le Comité Directeur du PDS annonce : « Notre parti ne boycottera pas l’élection, il en empêchera la tenue »

Le comité directeur du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) s’est réuni le lundi 27 aout 2018 à la...


Parrainage : L’opposition va assiéger le ministre de l’Intérieur le…

Les leaders de l’opposition sont en ordre de bataille contre le régime en place. En conférence de...


Afrobasket U18 - « Gagner contre la Tunisie pour… »

Déjà qualifiés en quarts de finale de l’Afrobasket des moins de 18 ans (24 août-2 septembre 2018),...