Proces en Thailand : l’ex-Première ministre Yingluck Shinawatra a quitté le pays


Rebondissements en cascades à Bangkok : dès les premières heures de la matinée, des milliers de partisans de l’ex-Première ministre thaïlandaise avaient commencé à s’attrouper devant la Cour suprême alors que celle-ci devait émettre son verdict dans le procès de Yingluck Shinawatra. Après quelques heures d’attente, une première surprise intervient : son avocat explique que sa cliente a un problème médical, un problème d’oreille interne, et qu’elle ne peut pas assister à la lecture du verdict.

Pas convaincue, la Cour émet alors un mandat d’arrêt estimant que Yingluck risque de fuir le pays et saisit la garantie financière de 25 000 euros qu’elle avait déposée. Le verdict est lui reporté au 27 septembre. Deuxième surprise, quelques heures plus tard : on apprend que l’ex-Première ministre thaïlandaise a déjà quitté le pays, pour échapper à son procès. C’est ce qu’a annoncé à l’AFP un haut-responsable de son parti. « Elle n’est plus ici... Elle est partie dès mercredi », a déclaré anonymement ce cadre du Puea Thai.

Plus tôt dans la journée, le chef de la junte militaire en Thaïlande, le général Prayut Chan-O-Cha, avait déclaré aux journaliste qu’il avait « ordonné le renforcement des contrôles de sécurité », aux frontières mais aussi sur l’ensemble du territoire.

Tensions avec la junte

Ces derniers jours, les tensions s’étaient fortement accrues. La junte craignait un rassemblement massif des partisans de Yingluck à l’occasion du verdict. Ce nouveau développement pourrait encore aviver ces tensions. Les partisans de l’ex-Première ministre perçoivent l’attitude de la junte comme une persécution politique de Yingluck.

Celle-ci est accusée d’avoir engagé un programme de subvention à la culture du riz lorsqu’elle dirigeait au gouvernement entre 2011 et le coup d’Etat de 2014. Un programme qui avait abouti à des pertes financières massives pour l’Etat, mais qui avait aussi bénéficié à des millions de paysans.

Soutien populaire

En réalité, une fuite de Yingluck Shinawatra arrangerait bien la junte, l’ancienne Première ministre est toujours très soutenue dans le pays, particulièrement dans les milieux populaires. D’ailleurs les militaires s’accommoderaient bien d’un jugement mesuré dans le procès pour négligence qui la vise, afin de ne pas en faire une martyre.

Pour les « chemises rouges », les soutiens de Yingluck Shinawatr, son départ serait au contraire une catastrophe : son frère Thaksin, lui aussi chassé du pouvoir en 2006 par un coup d’Etat militaire et condamné à deux ans de prison pour corruption, a choisi l’exil - il vivrait aujourd’hui entre Dubaï, Hong Kong, Londres et Singapour. Et force est de constater que son poids politique est de plus en plus faible.



Mondial 2018 : Sénégal/Japon (2-2)

Quand le latéral droit Moussa Wagué s’est mué en un improbable sauveur en inscrivant le deuxième...


Ndogou du mouvement des femmes leaders pour l’Emergence offert par Déo Cissé

Ndogou avec le mouvement des femmes leaders pour l’Emergence"Moussolou dorong"


Coupe du monde : Les Lions arrivés à l’aéroport de Kaluga sous la pluie, en boubou "Obasanjo"

Les Lions ont atterri à l’aéroport international de Kaluga ce mardi soir, en vue du Mondial 2018....


Candidature Karim Wade : Le Pds met en garde Macky

Les propos du ministre de la Justice sur la candidature de Karim sont pris comme une...


Les imprudences de Sonko...(Par Adama Gaye)

Ousmane Sonko a perdu son seul Maire, celui de Sindian, en Casamance, qui l’a lâché, acheté sans...


L’affaire Khalifa Sall : Le procès en appel renvoyé jusqu’au 9 juillet

Le procès en appel de Khalifa Sall, ouvert ce matin, est renvoyé jusqu’au 9 juillet 2018. Une...


Radié de l’Armée, voici la première réaction du Capitaine Mamadou Dièye

Pour la première fois depuis sa sortie de prison, le capitaine Mamadou Dièye s’exprime sur sa...


Touba : Le Khalife général des Mourides reçoit idrissa Seck en privé

Le Président du parti "Rewmi" est depuis 16 heures dans la capitale du mouridisme pour une...


Mbaye Ndiaye sur l’affaire Idrissa Seck : « Je ne tire pas sur un corbillard »

Interpellé sur l’affaire Idrissa qui accuse Macky Sall d’être derrière le Khalife général des...