Proces en Thailand : l’ex-Première ministre Yingluck Shinawatra a quitté le pays


Rebondissements en cascades à Bangkok : dès les premières heures de la matinée, des milliers de partisans de l’ex-Première ministre thaïlandaise avaient commencé à s’attrouper devant la Cour suprême alors que celle-ci devait émettre son verdict dans le procès de Yingluck Shinawatra. Après quelques heures d’attente, une première surprise intervient : son avocat explique que sa cliente a un problème médical, un problème d’oreille interne, et qu’elle ne peut pas assister à la lecture du verdict.

Pas convaincue, la Cour émet alors un mandat d’arrêt estimant que Yingluck risque de fuir le pays et saisit la garantie financière de 25 000 euros qu’elle avait déposée. Le verdict est lui reporté au 27 septembre. Deuxième surprise, quelques heures plus tard : on apprend que l’ex-Première ministre thaïlandaise a déjà quitté le pays, pour échapper à son procès. C’est ce qu’a annoncé à l’AFP un haut-responsable de son parti. « Elle n’est plus ici... Elle est partie dès mercredi », a déclaré anonymement ce cadre du Puea Thai.

Plus tôt dans la journée, le chef de la junte militaire en Thaïlande, le général Prayut Chan-O-Cha, avait déclaré aux journaliste qu’il avait « ordonné le renforcement des contrôles de sécurité », aux frontières mais aussi sur l’ensemble du territoire.

Tensions avec la junte

Ces derniers jours, les tensions s’étaient fortement accrues. La junte craignait un rassemblement massif des partisans de Yingluck à l’occasion du verdict. Ce nouveau développement pourrait encore aviver ces tensions. Les partisans de l’ex-Première ministre perçoivent l’attitude de la junte comme une persécution politique de Yingluck.

Celle-ci est accusée d’avoir engagé un programme de subvention à la culture du riz lorsqu’elle dirigeait au gouvernement entre 2011 et le coup d’Etat de 2014. Un programme qui avait abouti à des pertes financières massives pour l’Etat, mais qui avait aussi bénéficié à des millions de paysans.

Soutien populaire

En réalité, une fuite de Yingluck Shinawatra arrangerait bien la junte, l’ancienne Première ministre est toujours très soutenue dans le pays, particulièrement dans les milieux populaires. D’ailleurs les militaires s’accommoderaient bien d’un jugement mesuré dans le procès pour négligence qui la vise, afin de ne pas en faire une martyre.

Pour les « chemises rouges », les soutiens de Yingluck Shinawatr, son départ serait au contraire une catastrophe : son frère Thaksin, lui aussi chassé du pouvoir en 2006 par un coup d’Etat militaire et condamné à deux ans de prison pour corruption, a choisi l’exil - il vivrait aujourd’hui entre Dubaï, Hong Kong, Londres et Singapour. Et force est de constater que son poids politique est de plus en plus faible.


Le détour africain du Qatar : politiquement chrétien et économiquement anglophone.

L’aspect confessionnel de la géopolitique Arabo-Africaine mérite d’être décrypté dans la crise du...


Tambacounda : Mariama Ba dite Christina honorée par des associations de femmes.

Après avoir passé deux bénéfiques années à accompagner le développement des femmes des quartiers...


NOUVEAU GOUVERNEMENT : UNE ÉQUIPE DE 32 MINISTRES ET 3 SECRÉTAIRES D’ETAT MISE EN PLACE

Le nouveau gouvernement dont la liste a été lue dimanche soir par le nouveau secrétaire général du...


Independance : Tamba déjà en fête

A quelques heures du traditionnel défilé du 4 Avril, les populations de Tamba sont déjà en fête....


Prestation de serment de Macky Sall : Des invités de marque à Dakar.

Une dizaine de chefs d’Etat et de gouvernement ont foulé le sol sénégalais depuis lundi en milieu...


Gracié du 4 Avril : Khalifa Sall libéré ?

Khalifa Sall et Mbaye Touré seront libérés le lendemain de la fête de l’Indépendance, « sauf...


Tambacounda : le torchon brûle entre les populations de Missira et leur maire.

Les jeunes de Missira en colère contre leur maire. La jeunesse de Missira et celle des...


Changement climatique : La température des océans inquiète.

La chaleur au fond des océans a atteint de nouveaux pics. Les chiffres sont alarmants au point...



Tuerie en Nouvelle Zélande : l’appel à la prière du vendredi sera diffusé à la télé.

Le Premier ministre néo-zélandaise a annoncé que l’appel à la prière de ce vendredi sera diffusé à...