Zimbabwe : Retour d’Emmerson Mnangagwa à Harare


Emmerson Mnangagwa, successeur désigné de Robert Mugabe qui a démissionné de ses fonctions de chef d’État mardi, est arrivé à Harare. Plusieurs centaines de personnes rassemblées à l’extérieur du siège de la Zanu-PF attendaient avec impatience les premiers mots de l’ancien vice-président, comme le rapporte Pierre Boisselet, notre envoyé spécial sur place.
Pour sa première prise de parole depuis le début de la crise, Emmerson Mnangagwa a salué « le début d’une nouvelle démocratie » au Zimbabwe et appelé « tous les patriotes » à travailler ensemble.
« Aujourd’hui, nous assistons au début d’une nouvelle démocratie », a-t-il lancé sous les acclamations de la foule réunie devant le quartier général du parti au pouvoir. Âgé de 75 ans, celui que l’on surnomme « le crocodile » a promis d’être « le serviteur » du peuple. « Nous voulons la croissance de notre économie, nous voulons des emplois », a-t-il lancé au public, alors que le Zimbabwe connaît un chomage de masse, une crise des liquidités et un endettement croissant.

Cet ancien pilier de l’appareil sécuritaire a également remercié l’armée qui, suite à son limogeage, est intervenue dans la nuit du 14 au 15. Il a reconnu avoir été « en contact permanent » avec les chefs de l’armée pendant la crise. Vêtu d’un costume bleu roi, il a salué la foule le poing levé après avoir été présenté comme « le président du Zimbabwe ». Son investiture doit avoir lieu vendredi.

Investiture ce vendredi

M. Mnangagwa, 75 ans, a été évincé du gouvernement le 6 novembre et poussé à l’exil après un bras de fer avec la première dame, Grace Mugabe, 52 ans, qui avait ainsi réussi à écarter son rival dans la course à la succession de son mari.
Son retour avait été annoncé hier, sur la ZBC, la chaîne publique. « L’investiture du camarade Mnangagwa est prévue vendredi », a affirmé mercredi 22 novembre le site du groupe audiovisuel public ZBC.
« Le président du Parlement fera l’annonce » mercredi, avait annoncé mardi le porte-parole de la Zanu-PF, le parti au pouvoir. « Le vice-président évincé Mnangagwa, que le comité central du parti a adoubé, devrait être celui qui prêtera serment en tant que président pour une période de 90 jours », avait poursuivi Simon Khaya-Moyo.
Il « devrait rentrer dans les vingt-quatre heures » au Zimbabwe, avait ajouté le porte-parole du parti, ce qu’a confirmé l’un de ses proches mercredi matin. « Il se rendra ensuite au quartier général du parti pour faire le point, puis au bureau de la présidence pour faire un autre point », a précisé son assistant personnel.
Avant de rentrer à Harare, Emmerson Mnangagwa a d’abord rendu visite à Jacob Zuma, fidèle allié de Robert Mugabe. Les deux hommes ont immortalisé tout sourire leur poignée de main, a relayé mercredi midi la communication du gouvernement sud-africain :
Emmerson Mnangagwa, redoutable sécurocrate surnommé « le crocodile » pour son caractère impitoyable, avait déjà été nommé dimanche président de la Zanu-PF en remplacement de Robert Mugabe, qui l’avait démis de ses fonctions le 6 novembre. Son limogeage, sur fond de rivalité avec l’ex-première dame Grace Mugabe, avait été le déclencheur de la crise ayant conduit à la chute du vieux président de 93 ans.

L’armée appelle à « la retenue »

Si Emmerson Mnangagwa vient à être nommé ce mercredi président pour 90 jours, « il reviendra au Parlement d’élire la personne qu’il souhaite à la présidence jusqu’aux prochaines élections », a précisé le porte-parole du parti. Avant la crise politique, les élections générales étaient prévues pour 2018.
L’armée a appelé mardi les Zimbabwéens à « la plus grande retenue » et au « respect de la loi », alors que la démission de Robert Mugabe suscitait des scènes de liesse dans le pays. « Au vu des derniers développements dans le pays, les forces de défense et de sécurité veulent appeler les Zimbabwéens de tous bords politiques à faire preuve de la plus grande retenue et à pleinement respecter la loi et l’ordre », a déclaré le chef de l’état-major de l’armée, Constantino Chiwenga.

Jeune Afrique


Seydou Gueye, porte-parole du gouvernement : « Qui lira les contrats publiés se rendra compte que tout est clair »

Monsieur le ministre, sur instruction du Premier ministre, les contrats pétroliers ont été...


Conférence internationale à Dakar : Macky Sall contre l’immigration choisie

Le chef de l’Etat, Macky Sall, esyt contre l’immigration choisie que prônent les pays occidentaux....


Assemblée générale de l’ONU : Le Ministre Sidiki Kaba déroule à merveille son programme, entre participations à des panels et réunions de haut niveau…

Au deuxième jour de sa participation à la 73ème session de l’Assemblée Générale des Nations-Unies,...



Décès de Bruno Diatta : Témoignage de Me Sidiki Kaba, Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur depuis New York.

Je prends ma plume depuis New York où je vais livrer à l’Assemblée Générale des Nations Unies le...


Écrire sur la nouvelle approche diplomatique du SÉNÉGAL... Analyser l’action du ministre Kaba...

Dans le nouveau style de la diplomatie... Je m’y emploie car depuis peu le SENEGAL-porteur...


Nécrologie : Deo Cisse a perdu sa mère

Maman, Nah Aissatou Diarra Cisse, mère de Madame Deo Cisse, responsable politique de l’Apr à...


PRESIDENTIELLE 2019 : Macky Sall nomme le ministre Sidiki Kaba délégué régional de Tambacounda

En marge de la campagne pour le parrainage en vue de l’élection présidentielle de 2019, le...



Le Comité Directeur du PDS annonce : « Notre parti ne boycottera pas l’élection, il en empêchera la tenue »

Le comité directeur du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) s’est réuni le lundi 27 aout 2018 à la...